dimanche 22 mai 2016

Arnaldur Indridason - "Betty"



Quatrième de couverture :
Dans ma cellule je pense à elle, Bettý, si belle, si libre, qui s’avançait vers moi à ce colloque pour me dire son admiration pour ma conférence. Qui aurait pu lui résister… Ensuite, que s’est-il passé ? Je n’avais pas envie de ce travail, de cette relation. J'aurais dû voir les signaux de danger. J'aurais dû comprendre bien plus tôt ce qui se passait. J'aurais dû… J'aurais dû… J'aurais dû…
Maintenant son mari a été assassiné et c’est moi qu’on accuse. La police ne cherche pas d’autre coupable. Je me remémore toute notre histoire depuis le premier regard et lentement je découvre comment ma culpabilité est indiscutable, mais je sais que je ne suis pas coupable.

Je ne me suis pas risquée à écrire mon propre résumé. Difficile de ne pas dévoiler l'intrigue.

Franchement, grandiose! Ce roman offre des surprises renversantes. Je me suis laissée balader et j'ai été scotchée! Pas qu'une fois. La surprise n'est pas vraiment là où on pourrait l'attendre.

Par contre la première partie m'a paru souffrir de quelques longueurs. Peut-être nécessaires pour bien planter le contexte psychologique.
Les différents personnages sont très fouillés. L'ambiance générale est sombre, mystérieuse et parfois dérangeante. Le plan machiavélique se comprend petit à petit jusqu'au dénouement.

Scotchée!!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez-moi un petit mot ici (MERCI!!! ^^) :