jeudi 13 octobre 2016

Morgane Caussarieu - "Je suis ton ombre"


Dans un petit village proche de Bordeaux, un enfant de 12 ans aux cheveux roux, surnommé Poil-de-Carotte, est le souffre-douleur d'une bande de son école. Sa vie est d'autant plus difficile qu'il doit s'occuper seul de son père handicapé. De temps en temps il voit un chat qui semble le narguer et n'a de cesse de le chasser. Cette histoire l'amènera dans la cave d'une ferme incendiée où il aura la peur de sa vie!

"Je suis ton ombre" est lié au premier roman de Morgane Caussarieu "Dans les veines", ce à quoi je ne m'attendais pas. Il a rendu ce roman d'autant plus intéressant. On y retrouve notamment Gabriel et l'histoire de son enfance. J'ai également apprécié de découvrir le parallèle avec le Bayou, thème choisi par l'auteure dans le reccueil "Black Mambo".
Autant je n'avais pas aimé "Dans les veines", autant j'ai adoré "Je suis ton ombre"! Le livre était sur la table des nouveautés de ma médiathèque et je l'ai pris sur un coup de tête.

Dans ce roman, on découvre deux histoires parallèles : le présent avec Poil-de-Carotte et le passé avec Gabriel à la Nouvelle-Orléans. Ce dernier est dévoilé grâce à son journal. Les détails sont donnés petit à petit ce qui accentue le suspens. J'ai accroché du début à la fin et même eu du mal à lâcher la dernière page qui appelle une suite. 

Une nouvelle fois, le récit est dur et cruel. Même carrément dérangeant parce qu'il met en scène des enfants de primaire. Ainsi, les vampires ne sont pas les êtres gentils décrits par la plupart des auteurs de ce genre, et les enfants peuvent ne pas être si innocents.
Bon par contre un rat sauvage écrabouillé par la chaussure d'un gosse de 12 ans, je n'y crois pas du tout, et cette scène m'a semblé présente juste pour ajouter du crado.
En fait, les scènes les plus choquantes sont les moins sanglantes. Toute l'horreur se situe dans les actions des enfants, que l'on a du mal à considérer comme tels. D'ailleurs ça allait tellement loin, que je ne me sentais pas dans un village bordelais.
J'ai eu beaucoup d'empathie pour David. Mon ressenti : "c'est pas juste !" J'ai espéré un peu moins de cruauté, en vain. Mes espoirs déçus n'en rendent que plus fort le talent de Morgane Caussarieu. Elle ne va pas dans le sens que souhaiterait sûrement le lecteur (qu'on peut penser moins sadique). :op

J'appréhendais cette lecture, ayant été déçue par "Dans les veines". Mais non : Ze claque!!!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez-moi un petit mot ici (MERCI!!! ^^) :