mercredi 29 avril 2015

Laurent Genefort - "Omale"

 

Le monde d'Omale est peuplé de trois grandes espèces intelligentes très différentes : les Humains, les Chiles et les Hodgqins. La paix règne plus ou moins bien selon les régions. Six personnages "élus", particuliers à leur manière, embarquent à bord du Yyalter, une nef voyageuse qui doit les emmener à Stadtville. Tous ont reçu un message mystérieux accompagné d'un billet acheté vingt-deux ans plus tôt et d'un bris d’œuf où figure une inscription. Ils vont se retrouver et apprendre à se connaître au cours de leur périple loin d'être tranquille...

"Omale" est le premier opus de la saga d'Omale qui en compte quatre pour le moment. En janvier, j'en avais lu le dernier ("Les vaisseaux d'Omale"). Bien sûr, je pense ne pas avoir le même ressenti qu'un lecteur découvrant complètement ce monde très particulier, mais je ne crois pas que le plaisir de l'intrigue ait été gâché pour autant. Mais bizarrement, j'ai trouvé que les caractéristiques des espèces étaient moins bien décrites. J'ai eu plus de difficultés à me représenter les physionomies des Chiles et Hodgqins.
 
L'action est quasi omniprésente et prenante ce qui est l'essentiel, seulement coupée par la narration du passé des personnages, indispensable à la compréhension de leurs présence et destin. On y trouve de bonnes batailles, un voyage au-dessus des mers bien mouvementé et stressant, des réponses aux questions apportées au fur et à mesure et des surprises excellentes. Et puis point très intéressant, le jeu du fejij, qui ne s'arrête pas à un simple divertissement, qui fait partie intégrante de la vie des Chiles. Il est très bien expliqué et on comprend son essence.

Les membres de cette quête ont pour la majorité des caractères bien trempés et dès le début on cerne l'ampleur des secrets qu'ils cachent. Même les plus "calmes" en ont.
De mon point de vue, Kasul manque de crédibilité. Je l'imaginais mal traverser les contrées à la recherche de moines ou sauter d'un bateau à l'autre pour embarquer à bord du Yyalter, en accord avec son physique et son âge, qui ne le montrent pas sportif.
 
Bien que ce roman fourmille de détails, d'étrangetés liées à la SF, Laurent Genefort ne m'a pas du tout perdue (sauf peut-être pour les courants religieux, assez nombreux). Les 400 pages sont vite passées. J'aime vraiment sa manière d'écrire et de raconter.

Bientôt "Les conquérants d'Omale"! ;o)


Le site d'Omale : ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez-moi un petit mot ici (MERCI!!! ^^) :